Palais et palazzo


Quand on considère l'histoire du mot palais, il apparaît que le terme en français a conservé plus que l'italien le sens initial. En effet PALAIS, d'abord paleis (1050), est issu du latin palatium qui désigne proprement le mont Palatin, l'une des sept collines de Rome. Par métonymie, le mot s'est appliqué à la demeure impériale d'Auguste, construite sur le Palatin, et, par suite, à tous les palais impériaux, y compris ceux qui étaient situés hors de Rome, puis aux palais des gouverneurs.

C'est ainsi qu'en dispose Jean Nicot dans Thresor de la langue francoise[sic] tant ancienne que moderne (Paris, Dav. Douceur, 1606), et à sa suite le Dictionnaire universel d'Antoine Furetière et bien d'autres.

« Palais, m. ac. Est proprement (comme dit l'Empereur Constantin en la loy unique Depalatiis et domibus dominicis, au 12. l. du Code) l'hostel Royal, ou Imperial, Domus Regia Augustana. L'origine du mot vient d'un des principaux monts de la ville de Rome, dit Palatium, auquel estant posée la premiere situation de ladicte ville: Romulus premier Roy d'icelle, establit son auberge Royal, où depuis habiterent grande partie de ses successeurs Roys. Finalement fut en ce mont establi le siege de l'Empire, & l'hostel Imperial; Si que depuis Auguste tous les Empereurs Romains y habiterent. Et à cause de ce est venu l'usage, que toute maison de Roy estoit anciennement appelée palais. »

Mais l'auteur continue en signalant qu'à la différence de la France, le terme se "vulgarise" en Italie et en Espagne.

« L'Italien & l'Espagnol retiennent cet usage encore; mais ils communiquent aussi ce mot à toutes grandes maisons d'edifice somptueux, ores qu'elles soient à seigneurs particuliers, inférieurs à Monarques, & autres seigneurs souverains : ce que le François ne fait pas. »

Cependant le sens italien du mot n'est pas totalement absent de la langue française, puisqu'au XVIIe s. le mot palais, par imitation, en vient à être appliqué à la demeure d'un ministre : Richelieu fait bâtir le Palais-Cardinal qui devient le Palais Royal quand Anne d'Autriche s'y installe. Peut-être faut-il mettre en relation cette évolution du terme avec la dénotation des résidences royales par le mot château, notamment à partir de l'aménagement par Charles V de l'hôtel Saint-Pol en château du Louvre, et à cette occasion de l'abandon aux magistrats du palais situé dans la Cité où jusqu'alors les rois rendaient justice.

Il reste toutefois qu'en France, comme le note le Dictionnaire historique de la langue française, les extensions de sens du mot conservent le caractère solennel qui s'attache au souverain, soit en désignant des édifices où s'exerce effectivement un pouvoir (palais de justice), soit en conférant ce caractère à de grands édifices d'exposition (Grand Palais et Petit Palais à Paris, 1897-1900) ou d'institutions (palais de l'Otan, de l'Unesco) ou de manifestations diverses (palais des Sports, palais des Congrès).